En aucun cas le gouvernement n’a supprimé les frais parallèles

En aucun cas le gouvernement n’a supprimé les frais parallèles
Publié le : 13/09/2021 commentaire(s) (0)

Une des difficultés auxquelles vont encore faire face cette année scolaire les responsables d’établissements est le non consentement des parents d’élèves pour le paiement des frais parallèles, juste à cause de l’annonce de la suppression des frais de scolarité et d’inscription décidée par le gouvernement. Pour bon nombre de parents, c’est tous les frais qui sont supprimés. Cette incompréhension avait aussi été constatée lors de la suppression des frais au niveau des cours primaires depuis des années.

Dans une note de service sortie ce lundi, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat le Professeur Komlan Dodzi KOKOROKO situe l’opinion. Simplement, le gouvernement confirme l’existence de ces fonds mais dénonce juste la spéculation qu’en font certains responsables d’établissements.

NOTE DE SERVICE N° 124 /MEPSTA/CAB/SG/2021 
relative à la perception de frais supplémentaires dans les établissements scolaires publics de l'enseignement secondaire général et technique 

Dans le cadre de sa politique sociale, le gouvernement a rendu effective la gratuité des frais de scolarité dans l'enseignement préscolaire et primaire depuis une douzaine d'années et dans l'enseignement secondaire général et technique pour le compte de l'année scolaire 2021-2022.

Toutefois, il nous est revenu, de manière récurrente, que des chefs d'établissement perçoivent des frais supplémentaires, au-delà des plafonds des frais parallèles fixes comme suit : 
- trois mille (3000) francs CFA pour le premier cycle du secondaire (collège); 
- cinq mille (5000) francs CFA pour le second cycle du secondaire (lycée) des enseignements général et technique. 

En conséquence, je rappelle que seuls les frais parallèles tels que fixés, peuvent être perçus sur autorisation préalable du Ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l'artisanat, et par délégation, des structures éducatives déconcentrées, Aucun chef d'établissement ne doit exiger d'un parent d'élève, le payement de frais supplémentaires ou spéciaux pour l'inscription aux examens, l'achat de tables-bancs, de fournitures, de matériels ou pour tout autre besoin. 

Tout contrevenant aux dispositions de la présente note de service s'expose à la rigueur des sanctions en vigueur. 

J'invite les directeurs régionaux, les chefs d'inspection, les inspecteurs et les parents d'élèves à veiller au respect strict de la présente note et à en signaler toute violation. 

Lomé, le 13 SEP 2021 
Le ministre des enseignements primaire secondaire, technique et l'artisanat 
Professeur Dodzi Komla KOKOROKO

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message