Pour la cause de la femme, Chantal Yawa Tsègan honorée

Pour la cause de la femme, Chantal Yawa Tsègan honorée
Publié le : 25/03/2021 commentaire(s) (0)

La présidente de l'assemblée nationale Chantal Yawa Djigbondi Tsègan a solennellement procédé mercredi au lancement de la plateforme virtuelle 1000 jeunes filles, un canal pour définir le profil de femmes africaines à l’horizon 2063. L'événement s'est déroulé par visioconférence à laquelle ont aussi pris part plusieurs hautes personnalités. Mme Tsègan s'est sentie "honorée" par la circonstance et a laissé un message aux femmes et jeunes filles sur le sujet de la lutte pour l'autonomisation de la gente féminine au Togo.

INTÉGRALITÉ DU DISCOURS DE LA PRÉSIDENTE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Excellence Madame la Vice-Présidente de la République du Libéria ;

Excellences Messieurs les Présidents des Assemblées nationales sœurs de notre sous-région ouest-africaine : Bénin, Burkina Faso, Ghana, Guinée et Libéria ;

Madame la directrice exécutive adjointe du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) ;

Monsieur le coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Togo ;

Monsieur le 4ème Vice-Président de l’Assemblée nationale ;

Madame la Représentante résidente du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) ;

Madame la coordonnatrice de la Plan Internationale Togo ;

Mesdames et Messieurs les Chefs d’agence du Système des Nations-Unies et des organisations internationales accrédités au Togo ;

Honorables députés ;

Chères femmes influentes d’Afrique ;

Chères jeunes filles leaders bénéficiaires du Forum Génération Égalité ;

Mesdames et Messieurs, les professionnels des médias ;

Chers participants ;
Mesdames et Messieurs,
  
Je suis honorée de vivre cet instant inédit dans la marche vers plus d’équité genre à travers le lancement de la plateforme virtuelle 1000 jeunes filles, un canal pour définir le profil de femmes africaines à l’horizon 2063.

La question de l’équité genre dans tous les domaines de la vie est essentielle notamment pour une bonne gouvernance, une pleine réalisation des aspirations des objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. C’est dans ce sens que la 4e conférence mondiale sur les femmes, organisée à Beijing en 1995 avait déjà marqué un tournant important sur le programme mondial d’égalité du genre. L’examen et l’évaluation des 25 ans de mise en œuvre des actions stratégiques du programme d’action de Beijing ont permis de noter que malgré des progrès indéniables réalisés durant cette 4 période, les changements réels ont été lents pour la majorité des femmes et des filles à travers le monde.

Le Forum Génération Égalité se présente comme un événement majeur qui réunira différentes parties prenantes, y compris les jeunes, avec pour objectif prioritaire de définir pour l’avenir un programme d’action novateur et ambitieux en faveur des femmes tout en créant un partenariat multi-acteur.

L’initiative « femmes africaines à l’horizon 2063 » est une contribution au forum « Génération Egalité ». Elle prendra en compte l’expérience des pays africains en termes de leadership féminin. Cette fenêtre de plaidoyer est donc importante pour porter la voix de la femme africaine à Paris, en juin prochain, et nécessite donc l’engagement de tous et à divers niveaux.

Chers participants ;
Mesdames et Messieurs ;

Au Togo, les femmes représentent plus de la moitié de la population. De ce fait, leur autonomisation, leur formation et leur épanouissement se révèlent des enjeux majeurs pour la dynamique nationale vers le développement durable.

A la suite de Louis Antoine de Saint-Just, chez les peuples vraiment libres comme au Togo, les femmes sont valorisées. C’est pourquoi le Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE œuvre inlassablement à mettre en place une politique efficiente en matière d’autonomisation et la promotion de la femme togolaise. Grâce à sa vision pragmatique et audacieuse, des avancées tangibles sont réalisées ces dernières années.

En effet, notre pays le Togo s’est résolument engagé pour la promotion des femmes dans les hautes instances de l’Etat avec des mesures encourageantes prises pour relever ce défi. Il a atteint une progression culminante dans la responsabilisation et la performance de l’entrepreneuriat des femmes selon le rapport 2020 de la Banque Mondiale. Ainsi, la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par une femme comporte en son sein 11 femmes sur les 33 portefeuilles ministériels. De plus nous pouvons évoquer l’ambition d’augmenter progressivement ce pourcentage de femmes dans la haute fonction publique en passant de 58,11% à 80% afin d’accroitre l’émancipation des femmes togolaises.

Sur un autre plan, le défi est de faire passer la proportion de femmes cheffes d’entreprises de 22% à 28%. A cet effet, différents mécanismes incitatifs de financement ont été mis en place dans tous secteurs afin de porter le taux d’accès du crédit aux femmes de 44,36% à 60%.

Par ailleurs l’axe 3 du Plan National de Développement (PND) 2018-2022 met un accent particulier sur le renforcement de la participation effective des femmes au processus de développement. A titre d’illustration, la mise en œuvre de la loi relative à l’alimentation scolaire permet de mettre à la disposition des acteurs de ce projet des produits locaux transformés sur place.

Chers participants ;
Mesdames et Messieurs ;

En ce qui concerne spécifiquement la jeune fille, la vision du Président de la République est de répondre aux besoins de parité dans l’éducation, la formation et l’apprentissage. Dans ce sens, plusieurs initiatives ont 7 été entreprises par le Gouvernement. Ces initiatives sont entre autres : l’actualisation du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) intégrant les questions de genre ; la création de nouveaux centres de formation professionnelle accessibles aux filles ; la mise en œuvre d’un programme national de lutte contre les grossesses et mariages en milieu scolaire et extrascolaire.

A cela s’ajoutent d’autres mesures incitatives à l’éducation de la jeune fille comme la mise en œuvre depuis 2017 du projet d’excellence académique et de leadership de la jeune fille ; l’alphabétisation fonctionnelle des femmes ; le projet d’appui à la promotion des jeunes filles dans le secteur de la formation scientifique, technique et professionnelle par la mise à disposition des bourses d’excellence.

Chers participants ;
Mesdames et Messieurs ;

Sur le continent africain, des progrès ont été accomplis pour favoriser la participation des femmes à la gouvernance et à la vie politique. Toutefois, ces progrès encourageants restent en deçà des attentes. De nombreux obstacles demeurent. Des disparités sont perceptibles d’un pays à un autre.

Face à cette situation, il est indispensable de multiplier des initiatives et de soutenir des projets de ce genre afin d’aider davantage à une meilleure prise en compte de la contribution des femmes au processus de développement de la société. Un plaidoyer de haut niveau doit être mené à l’attention des législateurs et des gouvernants des pays africains pour le renforcement et la mise en œuvre d’un arsenal juridique en faveur de l’équité genre.

Distingués participants ;
Mesdames et Messieurs ;

Pour ma part, mon engagement en faveur d’un leadership féminin éclairé, réside dans ma conviction intime selon laquelle, individuellement ou collectivement, chaque génération de femmes doit prendre part à la lutte pour le respect de ses droits. 9 Comme j’ai pour habitude de le dire : « Il est temps de mettre fin aux lamentations et au pessimisme pour nous armer de courage et de volonté pour aller chercher les solutions qui existent au travers de nos législations et autres fondements cardinaux de la société humaine. Certes, il ne s’agit ici, ni de défiance, ni de réclamation frontale avec pour objectif de créer des antagonismes dans nos sociétés, mais plutôt de la manifestation d’une volonté de justice sociale d’égalité et d’équité dans le respect de nos différences ». C’est aujourd’hui notre tour de jouer notre rôle de sensibilisation et d’aiguillon en faveur de la cause commune.

Mesdames et Messieurs ;

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à la mise en place de cette plateforme virtuelle très utile dans ce contexte difficile de la pandémie de la Covid 19. Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à Madame Dr Diene Keita, Directrice Exécutive Adjointe de l’UNFPA et sous-secrétaire général des Nations Unies, pour avoir accepté de nous accompagner. Je suis sincèrement reconnaissante au Système des Nations Unies au Togo pour ce partenariat fructueux et innovant.

Et plus particulièrement je voudrais à travers ces mots saluer Monsieur Damien Mama, Coordonnateur résident dont le leadership constant nous fait bénéficier d’un appui multiforme. Je ne saurais passer sous silence l’énergie et la détermination de la Représentante résidente de l’UNFPA pour la tenue de ce grand rendezvous.

Mes fraternelles amitiés à Madame la Représentante de Plan Internationale Togo pour la constance de son engagement au service de la jeune fille.

Je voudrais tout particulièrement exprimer mon admiration à toutes les jeunes filles qui ont suivi les différentes étapes du processus de sélection. Votre courage nous démontre à suffisance qu’on peut compter sur vous et vous faire confiance pour soutenir vos efforts de recherche d’un lendemain meilleur pour la jeune fille africaine. Sachez qu’une femme c’est l’Espérance, le futur est son royaume, son cœur lui permet de voir plus que l’horizon, alors je vous invite à élever votre esprit pour apporter votre fleur à la beauté de la société dans laquelle vous vivez. Armez-vous de courage ! Avancez !

N’oubliez jamais que vous êtes l’avenir de notre continent. Avancer, que rien ne vous arrête.

Sur ce, je lance officiellement le plaidoyer africain de haut niveau sur la Génération égalité.

Je vous remercie.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message