Résolution de la crise togolaise : Un émissaire du président ghanéen Nana Akufo-Addo pour ouvrir la voie à un dialogue entre les protagonistes

Résolution de la crise togolaise :  Un émissaire du président ghanéen Nana Akufo-Addo pour ouvrir la voie à un dialogue entre les protagonistes
Publié le : 16/11/2017 commentaire(s) (0)

Evolue-t-on vers une sortie de crise au Togo ? La question mérite d'être posée au vu des derniers développements. En effet, après la vague de violences qui s'était abattue sur de certaines villes du Togo  suite aux manifestations organisées par l'opposition et l'annonce d'un dialogue intertogolais, il y a une semaine, par le Chef de l'Etat togolais, Faure Gnassingbé, les lignes commencent par bouger, laissant entrevoir une lueur d'espoir pour une sortie de crise. Mardi dernier, un émissaire du président ghanéen, Nana Akufo-Addo, a rencontré les protagonistes de la crise togolaise.

Conduite par le ministre ghanéen de la Sécurité, Albert Kan-Dapaah, la délégation a rencontré d'abord la coalition des 14 partis politiques avec à sa tête le chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre. Elle a également conféré avec le pouvoir de Lomé. Les tractations sont en cours pour baliser la voie à un dialogue inclusif, franc et sincère. Selon le chef de la délégation, Albert Kan-Dapaah, l'heure est venue pour qu'un dialogue se tienne entre le pouvoir et l'opposition car, a-t-il souligné, ce qui se passe au Togo inquiète toute la sous-région qui n'est pas prête à vivre un nouveau foyer de tension. " Nous avons rencontré l'opposition pour voir comment ce cadre de dialogue pourrait être créé. Nous irons aussi nous entretenir avec le pouvoir et nous osons croire qu'à la fin de cette démarche, nous ressortirons avec des conclusions qui vont nous permettre de savoir comment, quand et où nous pouvons tenir ce dialogue. C'est la sous région entière qui est préoccupée par la situation actuelle au Togo et nous prions pour que la paix revienne dans le pays ", a déclaré aux médias, Albert Kan-Dapaah. Pour le chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, il était nécessaire de discuter des préalables avant l'ouverture proprement dit du dialogue avec le pouvoir en place. " Nous avons abordé les préliminaires d'un dialogue, nous avons discuté du cadre du dialogue, mais nous ne sommes pas encore dans la discussion proprement dite ", a-t-il indiqué avant de faire des " propositions " à l'endroit du pouvoir.  En attendant l'ouverture du dialogue proprement dit, les protagonistes sont invités à mettre de l'eau dans leur vin afin d'éviter le pourrissement de la situation au Togo. Notons que le chef de l'Etat ghanéen a été mandaté par ses pairs de la sous-région pour discuter avec les acteurs de la classe politique togolaise pour une sortie de crise heureuse, et sauver l'Afrique de l'Ouest d'un autre foyer de tension après les cas du Mali, de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso, notamment. Rappelons que la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis le mois d'août dernier, a fait déjà des victimes et des dégˆts matériels importants.

JPB

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message